• J'ai 40 ans, 2 enfants et je cherche un nouveau boulot...

    C'est quoi ce titre? Tu cherches vraiment un nouveau job ou juste de quoi t'occuper en plus de tes 2 gosses?

    Désolée pour cet article qui sort un peu (carrément) du cadre des articles que je poste habituellement mais force est de constater qu'en 2018 (tout comme en 2010 et 2000) chercher et trouver un travail n'est pas aussi simple qu'il n'y parait et ce malgré les nombreux outils dont nous disposons.

    Lorsque j'ai commencé à travailler en 2000, je n'avais pas d'enfants, je n’étais pas mariée et j'habitais encore chez mes parents. D'ailleurs rétrospectivement j'aurais mieux fait de poursuivre mes études plutôt que d'accepter ce travail dans l'événementiel mais 18 ans plus tard je dois avouer que ce job m'a bien  aidé (et surtout à quoi ça sert de regretter ses décisions passées?). J'ai pris confiance en moi (être en relation avec des clients, des hôtels, toute la journée ça aide), j'ai voyagé dans des conditions particulièrement confortables (en business class et dans des hôtels 5 étoiles); et ça tombe bien parcequ'à l'époque j'étais libre d'accepter tout les déplacements proposés les week ends, à la dernière minute...pas d'enfants, pas de contraintes...Et j'ai rencontré des personnes formidables avec lesquelles je suis encore en contact et notamment une ancienne collègue qui est aujourd'hui l'une de mes plus proches amies (AFB se reconnaîtra).

    En 2006, je me dis qu'il est temps de changer de job; pas de possibilité d'évolution au sein de l'entreprise pour laquelle je travaillais, et, il faut bien l'avouer, voyager, même dans des conditions particulièrement confortables ça ne paye ni ton loyer ni tes impôts.

    Petit crochet de 2 mois dans les cosmétiques de luxe; assistante export (vous êtes organisée? oui j'ai bossé dans l'événementiel? vous parlez anglais? oui; vous parlez espagnol? bof mais je peux m'y remettre; bingo)...j'ai vécu Le Diable s'habille en Prada...(la ligne n'est pas sur mon CV); je passe mon chemin et sors des secteurs d'activités "glamours". 

    Aout 2006: je me retrouve sans job; j'ai quitté une entreprise dans laquelle j'étais bien...pour évoluer...ah ben bravo.

    Septembre 2006 j'accepte ce poste d'assistante de direction dans l'informatique en intérim parcequ'il est bien payé et semble intéressant. Ils disent que "c'est en vue d'une embauche"...je n'y crois pas trop mais 11 ans plus tard je suis toujours là.

    Mes managers changent, je reste.

    Mes managers sont étrangers, je reste.

    J'évolue.

    2010: premier enfant.

    Ah tiens c'est marrant je ne reste plus au bureau jusqu'à 21h (pourtant j'ai une nounou jusqu'à 19h30 mais je préfère partir à 18h pour profiter de mon bébé de 3 mois) ça ne plait pas à tout le monde mais je m'en fiche. Mes priorités ont changé. Moi? Partir tôt? Non mais ça va pas? J'ai du boulot moi Madame. Ca c'est ce que je pensais avant...ouai...tu sais...avant...avant d'avoir des enfants, tes enfants; pas ceux des autres, pas ceux que tu gardes en faisant des baby sittings pour arrondir tes fins de mois...non les tiens; ceux qui te font vraiment changer, revoir toutes tes priorités; revoir tout tes principes d'ailleurs.

    Mon manager change; je reste.

    Mon manager est étranger. Il se fiche que je sois au bureau ou chez moi. Il sait que je ne suis pas dispo à 18h. Mais il sait que je suis dispo après 20h si besoin. Il sait même que ça m'arrange de ne pas bosser de 16h à 18h et de "rattraper" de 20h à 22h. D'ailleurs l'heure de décalage entre Londres et Paris c'est même très pratique pour nos calls en fin de journée. Nous sommes tout les 2 ultra disponibles à ces heures là.

    Quel bonheur de travailler dans ces conditions; dans une totale confiance; dans un échange permanent. Quel bonheur de travailler de la maison quand je veux (et oui EDF peut passer entre 9h et 17h...). Quel bonheur d'aller au bureau quand je veux pour voir, échanger, déjeuner avec mes collègues. Et surtout je sais la chance que j'ai de travailler dans ces conditions. Mais je sais aussi que je l'ai méritée cette confiance.

    2013: deuxième enfant (et dernier enfant...plus, ce serait de la gourmandise; enfin je crois que ma santé mentale n'y survivrait pas en fait). Je rentre de congé mat'. Mon boss adoré s'est fait virer. Je sens bien qu'on ne sait pas trop quoi faire de moi à mon retour...merde elle est française, elle est protégée...

    Et finalement c'est naturellement que je me retrouve à travailler avec l'équipe Marketing (forcément on se connait bien et on a déjà énormément travaillé ensemble; avoir travaillé dans l'événementiel et être méga organisée ça aide un peu). Une équipe de filles. Une équipe de filles? Mais c'est pas l'enfer une équipe de filles?

    Petit rappel pour ceux qui ne suivent pas: nous sommes dans l'informatique. On est loin du glamour. On est loin du glamour, oui mais. Oui mais quand t'es loin du glamour et entourée de mecs (bienveillants et intelligents...pas tous hein...mais une grande majorité), et bien être entourée de filles ça fait du bien. Ca fait du bien parcequ'on est pas là pour se marcher dessus, se critiquer (on ne se critique pas, non; on critique les autres..les mecs...ensemble...c'est mieux). On est là pour s'aider, s'entre aider, pour se former, pour apprendre les unes des autres.

    Bref, tout ça pour te dire qu'aujourd'hui je cherche un nouveau challenge parceque ma boite se fait racheter et que l'acheteur...bon ben...comment dire...le martketing c'est pas son truc...

    Je cherche un nouveau challenge mais c'est très très challenging quand tu as connu tout ça. Ton équipe de filles ultra cools. Ton travail à la maison quand tu veux. Ce qui t'évite de partir à 7h30 pour être au bureau à 9h (donc tu ne vois pas tes enfants le matin) ...par exemple....alors que si je bosse de chez moi je suis opérationnelle à 8h35. Ce qui t'évite aussi de partir du bureau à 18h pr rentrer à 19h30....alors que si je bosse de chez moi je vois mes enfants à partir de 16h30 mais crois moi je vais bosser de 20h jusqu'à...si tu me fais confiance.

    Alors je me demande si les recruteurs ont conscience (mais genre vraiment) que tu peux être pro et maman; maman et pro. Travailler de la maison  et bosser. Que tu peux aussi être au bureau et ne rien glander? (oui j'ai des noms...)

    Et puis les études on en parle? 11 ans dans une boite américaine. 11 ans d’expériences, de travail, de réussites, de plantages aussi; mais 11 ans de confiance et donc d'évolution. 

    L'expérience, la confiance, le travail et un management intelligent sont ce qui a fait que j'ai pu apprendre, comprendre, progresser. 

    Les études sont loin derrière moi et pourtant j'ai l'impression que ce bac +5 que je n'ai pas, me dessert encore. Je me trompe? Pas sure. Quand je vois les job descriptions et les demandes des recruteurs je me demande comment ils font pour trouver des candidats avec les études, l'expérience et le salaire demandés. Mon expérience au sein de l'entreprise américaine (pour laquelle je travaille  depuis plus de 11 ans) a été également valorisée en terme salariale. Je ne travaille pas pour la gloire; et mes managers non plus. Pourtant, visiblement, mon salaire est celui de quelqu'un qui a un Bac +5. Alors j'ai bien entendu arrêtée de m’arrêter à ce point et répond à des annonces demandant ce niveau.

    Mais idéalement ce serait mieux si j'avais ce niveau, 10 ans d’expériences (j'en ai plus de 17) , sans enfants et avoir 23 ans.

    Je peux me permettre ces remarques car si je ne trouve pas de job demain ce n'est pas dramatique; parceque mon mari travaille, parecque je ne suis pas le "gros" salaire du couple; parceque mon salaire n'est pas indispensable à court terme. Je sais cette chance et je sais que nous sommes peu nombreux à l'avoir (cette chance, cette liberté).

    Mais aujourd'hui en tant que femme, en tant que mère ça reste quand même beaucoup plus compliqué de trouver un travail épanouissant dans lequel on peut véritablement conjuguer vie pro et vie perso. 

    Attention je ne dis pas que cette balance pro/perso n'est réservée qu' à celles et ceux qui ont des enfants.

    Je prends l'exemple des parents car généralement le père ne se pose pas ces questions lors d'un recrutement. Ce n'est (généralement) pas lui qui s'occupe de l’organisation péri scolaire (baby sitters, activités). Il est déchargé de cette "charge mentale" lors des entretiens. Cette charge mentale je l'ai. Je l'ai et je la dis. Cela me dessert encore peut être mais je ne peux pas faire comme si elle n'existait pas; cela reviendrait d'ailleurs à occulter/nier mes enfants dans ces moments là.

    D'ailleurs et je m'égare...mais ces questions logistiques sont bien loin des préoccupations paternels pas seulement lors d'entretiens. Le père (et je prends l'exemple de mon mari) accepte n'importe quel déplacement pro dans la seconde et m'en informe le soir; quand moi je l'appelle, envoie 40 textos aux parents, baby sitters...avant d’accepter un déplacement. Et je trouve cela très révélateur de notre vision des responsabilités quotidiennes inconscientes attribuées au sein du couple.

    Cette disparité est elle liée aux salaires? Ce schéma est il vrai lorsque la mère gagne plus que le père? Je n'ai qu'un exemple autour de moi, mais oui. Oui ce schéma s'inverse lorsque c'est la mère qui gagne plus. Le père dans cet exemple est davantage responsable de la "logistique" autour des enfants.

    L'argent serait il donc l'élément clé de cet aspect de la charge mentale? Pas entièrement mais probablement. Ma charge mentale est elle moindre si je gagne plus? Personnellement je pense que oui. Je pense que ma charge mentale est moins lourde que pour d'autres mères ne serait que parceque je peux me permettre de payer une baby sitter 10€/h sans me poser de question sur ma condition financière à la fin du mois. Parceque si le frigo n'est pas rempli je peux aller au restaurant en famille/ me faire livrer à l'arrache...

    Bref toutes ces petites choses peuvent "décharger" ma fameuse charge mentale.

    Oui mais là même où je peux la décharger, je la recharge avec ma p&"'(- d'éternelle mauvaise conscience maternelle. Cette mauvaise conscience que les pères n'ont pas forcément. Celle de laisser les enfants à la garderie le soir; de les inscrire au centre de loisirs le mercredi...bref de ne pas les voir suffisamment.

    Parceque je ne veux pas passer à coté d'eux et parceque j'ai la prétention de penser que s'ils vont bien (mes enfants) c'est parceque je suis plus présente, je ne peux/veux accepter n'importe quel job. Parceque si je les "laisse" pour un poste qui ne me plait pas, les laisser me fendra le cœur. Les laisser de temps et en temps pour un poste épanouissant ne peut qu'être bénéfique pour tout le monde. 

    Tout ça pour ça me direz vous...

    Un peu décousu ton texte...oui...

    Oui mais c'est le texte qui sort de la tête d'une fille de 40 ans qui a 2 enfants, un mari (ça compte pour un enfant supplémentaire ou pas?) et un travail...mais qui en cherche un autre...et du coup ça fait beaucoup de monde et de choses dans sa tête.

     

     

    J'ai 40 ans, 2 enfants et je cherche un nouveau boulot...

     

     

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    4
    laet
    Mardi 13 Mars à 23:42
    cool pour la formation! d accord avec toi sur le fait que la’charge mentale est (consciemment ou non) liée aux revenus. en tout cas c’est le cas chez moi et à priori aussi chez ma belle soeur (c’est son mari qui gère tout car elle a le gros salaire...) bon courage pour tes recherches ou ta formation en tout cas! pas simple tout ça...,
      • Mercredi 14 Mars à 13:47

        Merci pr ton commentaire Laet. Je vais essayer de faire davantage d'articles "socio" ds les prochains mois.

    3
    Mardi 13 Mars à 16:26

    Ton texte est très parlant et révélateur.

    Je pense à me reconvertir aussi mais j'ai tout ça en tête.

    Pour ta dernière phrase, j'adore et je répondrais: oui, ça compte wink2

      • Mardi 13 Mars à 17:28

        Merci Emma June. J'envisage une formation (j'ai eu l'accord pr le financement juste après avoir publié cet article) et du coup maintenant il va falloir en plus que je fasse passer auprès des entreprises le fait que je fais une formation en parallèle...encore un petit challenge.

        Merci pr ton commentaire qui me fait très plaisir.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :