• Ma boulette de 27 mois joue de plus en plus à la poupée et je la surprends souvent à vouloir installer sa poupée dans sa chaise haute à elle...un peu trop haute...

    J'ai donc cherché un peu partout une jolie chaise haute pour poupée (pour pas flinguer ma déco...tu commences à me connaitre)...et impossible de trouver un modèle qui me plaise; trop de plastique, trop de couleurs qui ne me plaisent pas...trop de, pas assez de...

    J'ai donc, n'ayons pas peur des mots, lancé un appel à l'aide autour de moi...pour savoir si mes copines maman avaient repéré de jolies modèles. L'une de mes copines, qui adore chiner, m'a proposé de me donner une chaise haute vintage qu'elle avait chinée (elle a un blog : Sous mon parasol...je te le conseille)

    La voilà:

    Customiser une chaise haute pour poupée vintage

    Elle était en parfait état...mais pas fan des petits moutons...rien de grave...

    Première étape: retirer les autocollants et nettoyer la chaise pour travailler ensuite sur un support ultra propre:

    DIY: Customiser une chaise haute pour poupée vintage

    DIY: Customiser une chaise haute pour poupée vintage

    Les doigts boudinés c'est cadeau...

    Enfin, poncer pour retirer toutes les petites aspérités (et les petites traces collantes des auto-collants).

    DIY: Customiser une chaise haute pour poupée vintage

    Passer un petit chiffon pour retirer toutes les petites poussières liées au ponçage.

    Protéger sa surface de travail avec des feuilles de journaux.

    Poser du scotch pour protéger les surfaces à peindre de couleurs différentes.

    DIY: Customiser une chaise haute pour poupée vintage

    Voilà, tu peux peindre. J'ai choisit de la peinture acrylique mate car elle s'applique facilement et sèche rapidement. Comme la chaise est petite, les surfaces à peindre ne sont pas importantes; j'ai donc acheté 2 pots de 45ml: framboise et gris (3,60€ le pot, achetés chez Truffaut). Je me suis servie d'un pinceau plutôt fin car certaines surfaces sont très petites et nécessitent une application minutieuse.

    DIY: Customiser une chaise haute pour poupée vintage

    J'ai passé 2 couches afin d'obtenir un rendu unifié.

    Voilà le résultat (désolée pour les photos prises dans la douche....mais crois moi à quelques semaines de Noël c'est le seul endroit que j'ai trouvé pour planquer les cadeaux encombrants.

    Malgré les 2 couches de peinture et quelques retouches, la trace de l'autocollant sur le dossier persiste.

    DIY: Customiser une chaise haute pour poupée vintage

    J'ai donc cousu une assise avec du tissu que j'avais à la maison et un thermocollant. L'assise a donc une face grise avec thermocollant "chat" pour faire plaisir à boulette 2 et l'autre face en Liberty Capel. Liberty et thermocollant achetés chez France Duval Stalla.

    DIY: Customiser une chaise haute pour poupée vintage

     

    DIY: Customiser une chaise haute pour poupée vintage

    Voilà! Si je peux le faire, tu peux le faire!

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  • Bon c'est vrai que je raconte pas mal de choses perso ici mais c'est toujours plus facile de parler des autres (mes enfants) que de soi.

    Aujourd'hui je vais parler de moi. Je t'en parle maintenant car hier j'ai franchit une étape importante pour moi alors ça y est je peux t'en parler.

    21 aout 2015: c'est presque la fin des vacances. Je reprends le travail le 24. J'ai eu la chance de passer mes vacances avec ma famille dans une jolie maison avec piscine. J'ai d'ailleurs bien profité de la piscine; j'ai nagé tout les jours, seule, en tous cas, sans enfants; de 30 à 50 minutes par jour. Mais la fin des vacances approche et je n'ai pas de piscine dans mon appartement. J'aimerai continuer ce rythme qui me fait du bien; je me bouge; je fais quelquechose pour moi; sans enfants; au calme.

    J'ai l'énorme chance et j'en suis consciente, crois moi, de ne pas avoir de gros problèmes dans ma vie; et ce 21 aout, j'ai envie de pleurer car cette réalité je la sais: dans ma vie, dans mon quotidien (même si c'est celui un peu speed d'une maman qui bosse avec 2 enfants, comme tout le monde quoi), pas de problèmes majeurs. En revanche, et c'est là que ça fait mal, je sais que quelquechose me dérange, me gêne: mon corps. Il n'est plus celui de mes 20 ans. Je ne me trouve pas moche mais je n'aime pas mon corps ou plutôt mon ventre. Rien que de l’écrire et te l'avouer aujourd'hui ça me fait encore un peu mal.

    Je regarde cette maison bien rangée, les valises devant la porte (nous partons le lendemain) et je feuillette les ELLE que je n'ai pas eu le temps de lire pendant les vacances assise sur un canapé face à cette piscine...

    Mon regard tombe par hasard sur une pub pour une course en duo: la course Elle Run Marionnuad pour fêter les 70 ans du magazine. C'est une course en duo (j'adore l'idée) sur 7 km (ce chiffre ne me semble pas énorme) le 18 octobre.

    Là c'est le déclic: en rentrant je vais courir. Je peux courir quand je veux, autour de chez moi. J'ai déjà des chaussures adaptées pour la course (achetées en 2012...peu servies).

    J'annonce à mon mari qu'à partir de lundi (le 24) j'irai courir le matin tôt. Je ne lui parle pas de la course. Je sais qu'il ne voudra pas la faire avec moi; pas son truc.

    Je cours pour la première fois le 25 (ouai parceque le 24 aout il fait 17 degrés et il pleut des cordes...le choc thermique est rude après mes vacances dans le Luberon,) ; non en fait je ne cours pas; je n'y arrive pas. Je marche. Je marche rapidement. Et je peux te dire que marcher rapidement à 6h30, sur plus de 3km pendant 36 minutes (oui j'ai gardé un historique...parceque ce sont mes petites victoires à moi). et bien pour moi, ça n'est finalement pas de tout repose.

    Lors de cette première marche rapide, je croise une copine (maman de 4 enfants) par hasard; elle marche rapidement elle aussi; nous nous saluons de loin; mais cette rencontre imprévue me booste.

    Je réalise que 7 km ce n'est pas si "court" que ça mais je sais, je veux y arriver...

    Début septembre je me dis quil faut que j'appelle la personne à laquelle je pense pour faire la course avec moi. J'espère qu'elle va accepter parceque je sais que courir avec elle...avec lui en l’occurrence ce serait ultra motivant.

    Cette personne c'est mon petit frère; il a 18 mois que moins que moi mais 27cm de plus (1,92m) et 7 pointures de plus (il chausse du 47). Ça te donne une idée du gabarit, plutôt sportif du garçon. Mon frère est ultra sportif: voile, course...

    Il accepte; ça le fait rire; 7km; 7km ça le fait rire. Mais il va le faire avec moi...pour me faire plaisir. Je suis ravie.

    Je m'inscrit (nous inscrit) donc pour la première fois à une course; inscription en ligne; je suis fébrile...je valide...

    Notre inscription est validée. Je suis sur un petit nuage. Je ne dis toujours rien à mon mari.

    Quasiment un jour sur 2 je me réveille à 6h15 et je suis dehors à 6h30. Je suis ultra motivée. Et surtout le bienfait des vacances est toujours là (je m'en apercevrais quelques semaines plus tard...ça ne peut pas durer hein...).

    Petit à petit, mon parcours s'allonge. Après 2 semaines de marche rapide, je commence à alterner course et marche sur quelques dizaines de mètres. Le souffle est là mais le physique non. Mes muscles ont mal...

    Je parle de ma "reprise sportive" autour de moi. Beaucoup de personnes et plus particulièrement à mon travail me soutiennent, me conseillent. Et ben , je peux te dire que ça fait du bien.

    Bon il y a ceux qui te regardent comme si tu leur racontais que t'avais monté un étage à pieds...mais ceux là, rapidement je ne leur parle plus...

    Je ne garde que les personnes bienveillantes autour de moi.

    Après 4 semaines d'entrainement, j'annonce fièrement à mon mari que je me suis inscrite à la course...il me félicite pour ma motivation. Je suis reboostée.

    Je marche, je cours, je marche, je cours. A 6h30 il fait froid mais à 6h37 j'ai chaud. Je rentre, j'ai mal. Mais la douleur me rappelle mes efforts et du coup je l'accepte.

    Fin septembre, la course se rapproche mais la fatigue revient. Le réveil à 6h15 n'est plus possible. J'ai peur de ne plus avoir la force de m'entrainer. J'ai peur d'arrêter.

    Heureusement je pars 2 jours en déplacement professionnel à l’étranger et la salle de sport et la piscine de l'hôtel (et mes 2 collègues motivantes) me remotivent.

    Tant pis, je n'irai plus courir. je n’irai plus courir à 6h15. J'irai courir le soir, quand les enfants seront couchés et le mari rentré.

    La course, le soir, ce n'est pas facile. Pas facile de "redémarrer". Redémarrer après une journée de boulot et une fin de journée avec 2 enfants. Pas facile de redémarrer après le boulot, le bain , le diner, le linge sale, le lave vaisselle à lance, le lave linge à vider, le sèche linge à vider...

    Mais la course est trop proche, je ne peux pas et ne veux pas lâcher.

    J'angoisse un peu. J'angoisse de ce que j'ai pu entendre: "tu vas marcher pendant ta course?"..."euhhh oui..."Je doute. Je me fixe des objectifs et des temps: courir 3,5km en moins de 30 minutes...7km en moins d'une heure...

    Voilà, je veux faire cette course en moins d'une heure.

    Vendredi 17 octobre: ce soir début les vacances scolaires. Les enfants ont la tête en vacances.

    Moi je pense au compte à rebours. Mon compte à rebours. Dans 2 jours je vais courir. Courir avec mon frère mais avec plein de personnes autour de moi.

    Et si ces personnes me jugent? Si elles me regardent? Si elles se disent "non mais elle court, elle marche..."

    Moi qui jusque là me disais "je m'en fiche, je fais la course, c'est tout ce qui compte" je commence à penser à plein d'autres choses...et particulièrement aux autres. Les autres. Ceux qui courent. Ceux qui courent bien;. Ceux qui courent vite et bien. Ceux qui ont l'habitude. Ceux pour qui 7km c'est une promenade de santé...stooooooppppp. Stop. Je dois arrêter de penser à tout ça.

    Samedi je dois aller chercher les dossards au "village" de la course au bois de Boulogne. J'y vais avec mon fils. J'ai profité de ce premier samedi des vacances pour faire une activité avec lui: nous avons fait un cours de pâtisserie ensemble...et ça m'a vidé la tête. Objectif atteint.

    En marchant jusqu'au village je croise une femme avec qui j'entame la conversation; elle va elle aussi chercher les dossard pour elle et son binôme (une amie). Ce n'est pas sa première course. Elle a une fille de 6 ans. Elle a un peu de gras (moins que moi) et elle fume (pas moi). Elle est normale. Elle est comme moi quoi. Elle me dit qu'elle aime bien l'ambiance des courses. Que personne ne se juge. Que je dois mettre mon dossard sur mon ventre et pas sur ma poitrine parceque sinon c'est pas pratique...Bref cette conversation inattendue et rapide me déstresse...Je ne la croiserai pas le lendemain. Dommage.

    Samedi soir. J'envoie des messages fébriles à mes copines qui courent souvent et bien (des marathons tout ça tout ça) pour savoir quoi manger pour le dîner...je me doute que je ne vais pas me taper une raclette...ni une salade...

    Je me couche tôt mais je dors mal car, ben oui, je suis angoissée (si à ce stade de ta lecture j'ai encore l'air détendue c'est que tu ne m'as bien cernée).

    7h15: mon réveil sonne mais je suis déjà réveillée.

    Je me prépare.

    7h30: mon fils me demande pourquoi il n'y que mon frère et moi sur le sac de la course...mais oui pourquoi???? Cette petite phrase me détend.

    Ce que je ne t'ai pas dit...parceque j'avais peur...et aujourd'hui je suis fière

    8h: je pars récupérer mon frère.

    8h30: il dort encore, méga détendu. Il est rentré à plus de minuit.

    9h30: nous partons. Sur le chemin il m'explique qu'il va courir avec moi, qu'il va avancer, revenir sur ses pas, mais qu'il ne franchira pas la ligne d'arrivée sans moi; même s'il est capable de le faire en moins de 30 minutes. Il m'explique que ça va lui faire du bien de courir longtemps aujourd'hui...je réalise à quel point c'est faciel pour lui.

    10h: nous sommes devant la ligne de départ. La course démarre à 10h30. Il y a une super ambiance. Musique, échauffements, rires...

    Il fait froid.

    Je m'attache le truc (que j'ai acheté la veille) au bras pour mettre ma musique et pour savoir où j'en suis en termes de temps/km...

    10h30: les premiers sur la ligne de départ s'élancent. Nous suivons le flot des coureurs. J'ai peur que ce soit la cohue mais tout se fluidifie. Mon petit frère me dit que je pars trop vite, je ralentis.

    2km en courant. Je marche. Il revient sur ses pas pour me remotiver et repart. Tout les km, une affiche du Elle...un peu de glamour au milieu de mon souffle, mon gras, ma sueur...Tout les km il revient sur ses pas et me rejoins.

    3km: il me retire mon gilet et me dit de retirer ma musique et mon temps...pour profiter. Il prend tout dans son sac à dos. Un peu de fraicheur...

    3,5km: ravitaillement d'eau. Je ne vais pas en prendre je vais perdre du temps. Un gentil bénévole m'apporte un gobelet en carton pour pouvoir boire sans perdre de temps. Merci. Une fanfare entame "Wild Wild West"...j'ai envie de chanter..mais non, je vais perdre du temps...

    Je cours, je marche. Je marche, je cours.

    Il court, il court...mais en sens inverse.

    "Elle court avec un coach?"

    Non elle court avec son petit frère...

    6km: le dernier. Le plus facile. A 2. La ligne d'arrivée affiche 1h et 20 secondes. Je ne veux pas faire 1h01...je cours; je cours vite. Je passe la ligne d'arrivée....NOUS passons la ligne d'arrivée.

    J'ai envie de pleurer de joie. Merde, c'est quoi cette émotion? Je ne vais pas pleurer pour ça? Je suis contente; super contente; fière, super fière.

    Il me dit que de toutes façons j'ai couru en moins d'une heure puisque nous ne sommes pas partis les premiers.

    J'ai froid. J'ai chaud. J'ai froid. J'ai chaud.

    J'ai faim.

    Je veux voir mon résultat; le vrai. 57 minutes et 51 secondes...

    57 minutes et 51 secondes. C'est moi. C'est ma première course. Ma première course mais pas la dernière.

    Voilà; j'avais peur de te le dire; j'avais peur de l'écrire. Aujourd'hui je suis fière de moi (et mon gras est beaucoup plus ferme...)

    Merci à mon petit frère qui du coup a couru 14 km...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  • La semaine dernière je te disais ce que j'avais prévu de faire avec boulet 1, 5 ans, la première semaine des vacances (c'est là si tu veux tout savoir)

    Samedi j'ai donc testé l'atelier pâtisserie parent/enfants Chez Bogato. J'avais déjà testé un cours pour adulte et boulet 1 avait déjà fait 2 cours pour enfants (seul donc).

    Le cours dure 1h30 ce qui est parfait pour un enfant de 5 ans.

    Il y avait 4 parents et 6 enfants; et à mon grand étonnement et j'en étais très agréablement surprise: 1 papa et 1 seule fille.

    De petits marches-pieds sont proposés aux plus petits (comme pour les cours réservés aux enfants).

    Le thème de ce cours était "les sablés Halloween"...

    La pâte sablée est déjà préparée, les enfants peuvent étaler la pâte (dommage il n'y a pas de rouleaux pour tout le monde; il faut donc patienter...et patienter avec des enfants c'est pas mon truc).

    Nous avions 4 emportes-pièces (fantômes, chauve-souris et citrouille) et là encore il a fallut patienter...

    Pendant la cuisson des sablés la jeune fille qui anime le cours (adorable) nous montre comment faire la pâte sablée (au robot et à la main).

    Ensuite c'est le moment de préparer le glaçage et de le colorer; là encore pas suffisamment d'ustensiles; il faut patienter; on remplit les douilles de glaçage mais il y a une douille par couleur et avec des enfants patienter devient vraiment pénible; du coup on se dépêche pour décorer les sablés...dommage.

    A l'issue du cours j'ai voulu acheter les emportes-pièces utilisés mais ils n'en avaient plus...je me suis rabattue sur un pack d’emporte-pièces Halloween...mais dommage de ne pas trouver ce que l'on vient d'utiliser.

    Bref, le déroulé du cours est à peu près le même que celui pour adultes mais à mon avis il faudrait revoir le nombre d'ustensiles, de produits...afin que chacun ait son propre matériel et ainsi  gagner du temps.

    Malgré ces petits désagréments j'ai passé un très bon moment avec mon petit boulet. Il était ravi de pouvoir rapporter à la maison sa petite boite de sablé qu'il avait réalisés.

    J'ai testé l'atelier patisserie parent/enfants Chez Bogato

     

     

    Prochain article: je te dévoile un truc perso dans lequel je me suis lancée et dont je suis plutôt fière...

     

     


    2 commentaires
  • Tu voulais des idées pour occuper tes boulets pendant les vacances? Je suis lààààà pour t'aider, te sauver même...n'ayons pas peur des mots.

    Nous serons à la campagne la 2nde semaine mais la première il va me falloir jongler entre mon boulot et boulet 1 (5 ans).

    Je ne serai pas dispo toute la journée tout les jours (il sera parfois avec sa baby sitter), donc les quelques fois où je serai avec lui j'aimerai vraiment en profiter.

    C'est parti!!!

    Samedi 17 octobre:

    Atelier cuisine parent/enfant chez Bogato, 1h30 de créations à 4 mains. Plus d'infos par ici:

    On fait quoi avec les enfants pendant les vacances?

    Dimanche 18: ce sera journée en famille parceque maman relève un défi perso (je te raconterai mais pour l'instant ça reste pour moi).

    Lundi 19:

    Nous allons monter tout en haut de la Tour Eiffel!!!

    On fait quoi avec les enfants pendant les vacances?

     

    Mardi 20:

    Nous irons à la Ferme de Gally cueillir des pommes et des légumes

    On fait quoi avec les enfants pendant les vacances?

    Mercredi 21:

    Ben comme je suis avec boulet 1 et boulette 2, rien de prévu en particulier...mais ce sera l'occasion de préparer des tartes aux pommes ou des compotes avec les fruits cueillis la veille.

    Jeudi 22:

    Nous allons voir Peter Pan à Bobino...j'espère que le spectacle sera à la hauteur de sa réputation.

    On fait quoi avec les enfants pendant les vacances?

    Vendredi 23:

    Nous allons à l'expo Autour des Dinosaures au Palais de la Découverte! Je sais qu'il va adorer...il sait déjà que nous y allons et a hâte!

    On fait quoi avec les enfants pendant les vacances?

     ...voilà...je te reparle des expos, du spectacle et de toutes les autres activités une fois testées...

    Bonnes vacances à tous

     

     


    votre commentaire
  • L'autre jour je te disais que boulette 2 kiffe les chats et que je m'efforce de trouver des choses jolies autour des chats (pas facile).

    Je t'ai parlé déco, jeux...ici.

    Aujourd'hui, je te parle vêtements...et là encore pas facile.

    Ici je ne vais te montrer que des articles "filles"...(si tu veux un article "garçons" tu peux te plaindre dans les commentaires et je m'efforcerais de faire un autre article...ouai je suis très dévouée)

    Je commence par ce tee shirt Monoprix que j'ai acheté à la rentrée; kitch mais je l'adore; et kitch mais pas cher...

    Chacun cherche son chat...#2 (les vêtements)

    Je craque totalement sur ce pull Oeuf NYC (un peu cher mais en alpaga donc ultra doux et ultra chaud).

    Chacun cherche son chat...#2 (les vêtements)

    Et je découvre ce beau petit chapeau melon chez Accessorize...

    Chacun cherche son chat...#2 (les vêtements)Ici je ne te propose que peu d'articles et c'est volontaire car même si l'on trouve plein de vêtements à motifs chat, il est, je trouve très difficile de trouver des choses qui correspondent à mes gouts pour une petite de 2 ans.

    Prochain article: on fait quoi pendant les vacances?

     

     

     


    2 commentaires